Dans un monde où l’on a de moins en moins de repères, j’avais la nécessité de retourner aux sources. Je me suis donc tourné vers mon grand-père et c’est là que j’ai compris qu’il fallait que je fasse ce film, Martin Esposito

Le documentariste Martin Esposito est allé passer un an dans le potager de son grand-père, dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, à Antibes. Un hymne à la nature, à la vie. Et à la transmission, à l’esprit de famille, à la solidarité.
vincent_potager_contre_plongeLe potager de mon grand-père est un film qui ravira les amoureux de nature, d’authenticité, et de lenteur. Sans mièvrerie, Esposito raconte son grand-père – Vincent, 85 ans – et qui vient de perdre sa femme. “Je te transmettrai ma façon de cultiver,” lui dit le vieil homme. A travers son potager, Vincent transmet à son petit fils son histoire, lui narre ses racines, et les secrets de ce potager cultivé par amour pour sa femme disparue. “Aujourd’hui, il n’y a presque plus de producteurs locaux. Les légumes viennent de très loin et les personnes âgées sont dans des hospices. On peut regretter que la transmission ne se fasse plus. J’avais donc l’envie de partager mon expérience,” explique Martin.

Respect de la terre et amour de la nature. Agro-écologie ou permaculture sont des techniques que le grand-père d’Esposito privilégie, à sa manière, lui fervent détracteur des OGM et de l’industrialisation de l’agriculture. L’histoire que nous délivre Esposito, est de la résurrection d’un vieil homme à travers son potager. Un vieil homme qui plante, qui bêche, qui transpire, qui écoute, et exulte lorsque sa première tomate rougit.

happy_champignonEt si on écoutait nos grands-parents ? Et si on revenait à la source avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’ils ne partent ? Lorsque ma grand-mère nous a quittés, j’ai compris que le temps passait trop vite… écrit Martin Esposito. Je regardais mon grand-père avec tout son savoir et j’avais le besoin vital de le filmer, pour immortaliser cette transmission en espérant, qu’à travers ce documentaire, cela serve aussi aux autres. Nous avons tant à apprendre d’eux, de leur vie, de leurs expériences. Ils étaient là avant nous. Ils ont traversé la guerre, ont appris à vivre, à survivre. J’ai fait ce film par amour, pour ne pas oublier tout ce que mon grand-père m’a appris, partagé et donné à travers son potager. Pour moi, cela restera une des plus belles métaphores de la vie,” témoigne Martin Esposito.

Je sens que les gens ont besoin de retrouver du bien-être, de la joie, du bonheur à travers des choses simples qui sont bonnes pour la santé et l’esprit (…) Je pense que le potager et la nature ne sont pas qu’une métaphore. D’être à leur contact, nous remet dans un cycle de vie, et nous réconcilie avec nous-même,” rajoute-t-il.

Pour aller plus loin: Le potager de mon grand-père, Martin Esposito, durée: 1h16, Année de production: 2015, page facebook du film via ce lien

Programmation: @ Flagey (Bruxelles) dès le 05/10, @ Cinéma Aventure (Bruxelles) dès le 05/10, @ Le Parc (Charleroi) le 10/10, @ Centre culturel de Tubize le 02/11, @ Plaza Art (Mons) en novembre, @ For&ver (Mouscron) en janvier 2017. Pour en savoir plus, rendez-vous ici !

Par Fabien Salliou – Praticien en PNL